À propos

En 1978 l’adjectif singulier s’impose, l’art singulier s’épanouit au grand jour !

Cependant, durant les 30 années qui suivront, le monde de l’art officiel s’appliquera à snober cet autre art contemporain, trop populaire, trop joyeux pour pouvoir être manipulé ; dangereux car fondamentalement poétique…

Henri Hermelin. 2014

 

Histoire de regards

D’abord, il y a ces visages, pâles et habités, ces regards étrangement absents qui nous invitent à pénétrer dans l’univers des mondes intérieurs, suspendant le cours du temps, réduisant le chaos du hors-cadre à un murmure, des têtes éternellement tristes ou finissant de sourire, surprises ou indifférentes, et d’où nulle part, on n’aperçoit la fin de l’histoire qu’elles nous racontent.

Ensuite, il y a ces espaces construits comme on prend une photo à la volée, instantanés d’une scène imaginaire, déclic qui fige la scène, des corps en suspension, des expressions oubliées que notre mémoire sait pourtant faire revivre, fantômes incarnés sur fond de couleurs chaudes et terreuses.

Il y a là une émotion profonde et essentielle, une grande sensibilité, une sérénité et un mystère qui fascinent.
Un travail très personnel, original et poétique à découvrir absolument !

P.C. 2010